RE2020 : À quoi correspondent les "DH" (degrés-heures) ?

Prévue pour une application à partir de janvier 2022, la RE2020 fait parler d’elle, notamment par sa prise de position concernant le confort d’été.

Si la RT 2012 n’était que thermique, la RE2020 se place dans une ligne complémentaire par l’ajout du critère environnemental. Trois objectifs seront à atteindre pour les bâtiments neufs : la priorité à la sobriété énergétique et à la décarbonation de l’énergie, la diminution de l’impact carbone et la garantie d’un apport en fraîcheur en cas de forte chaleur.

La RE2020 sera enrichie tous les trois ans par le réhaussement des exigences, en fonction des paliers atteints, et un label d’État sera créé pour récompenser les « bons élèves ».

Une nouveauté : le confort d’été

Une donnée qui n’avait pas été prise en compte dans les réglementations depuis 2005, et qui l’est désormais, est le confort d’été. Cette notion est simple : la température intérieure ne doit pas dépasser les 30°C afin de garantir un environnement thermique supportable.

Cette température est nationale, bien qu’il soit certain qu’elle sera plus difficilement applicable par endroit (le Sud, par exemple). Le besoin de froid est donc ajouté dans le calcul du besoin énergétique du bâtiment et le confort d’été sera exprimé en degré-heure (DH), sur la base de la canicule de 2003.

Mode de calcul DH

La RE2020 a fixé un seuil minimal et un seuil maximal qu’il sera interdit de dépasser, -avec cependant une certaine tolérance pour les bâtiments du Sud si les travaux entraînent un recours trop important aux matériaux biosourcés- sous peine de sanctions pénales, comme des amendes, dont l’addition peut s’élever jusqu’à 45 000€.

Les degrés-heure d’inconfort seront exprimés en °C.h et seront l’indicateur direct d’une sensation d’inconfort ressentie selon chaque heure. Le seuil minimal est fixé à 350°C.h et le maximal, à 1250°C.h, c’est-à-dire que le bâtiment serait, sur une période de 25 jours, à 28°C la journée et 26°C la nuit. De ce fait, pour qu’un bâtiment obtienne un confort acceptable, il devra tout faire pour se retrouver sous la limite des 350°C.h qui marquent un début d’inconfort thermique.

Ce calcul, basé sur le postulat qu’un DH correspond à un écart de température intérieure/extérieure de 1°C pendant une heure, sera fait en fonction des projections d’évolution des températures, et non pas sur l’historique du bâtiment.

Bio’R, précurseur d’avenir

Cette nouvelle réglementation, dont le confort d’été sera un élément primordial, oblige les professionnels du bâtiment à se réinventer au niveau de leur solution de chauffage et de climatisation, d’autant plus que ces mesures doivent être en adéquation avec des normes écologiques, représentées notamment par des baisses importantes d’émission de GES (Gaz à Effet de Serre).

Fort de ce postulat, Bio’R propose des solutions parfaitement adaptées. Écologiques et économiques, les centrales assurent un rafraîchissement constant en été. Il vous sera possible de déterminer précisément la température et le degré d’humidité compatible avec votre bâtiment, lui permettant de s’inscrire parfaitement dans l’idéal du confort d’été prescrit par la RE2020, tout en réduisant votre impact carbone.

Ainsi, les secteurs du bâtiment vont rapidement devoir s’adapter et trouver des solutions innovantes afin de s’intégrer à la Réglementation et garantir un confort permanent, été comme hiver.

Un besoin ? Une question ? Contactez-nous !