Quelles alternatives aux fluides frigorigènes ?

Les fluides frigorigènes ont un impact colossal sur la planète. Enormément utilisés dans les systèmes de climatisation et de réfrigération, ces fluides pourraient être responsables de 20% des Gaz à Effet de Serre d'ici 2050. Des mesures ont été mis en place (Protocole de Montréal, F-Gas II...) afin de réduire l'utilisation de ces fluides. Des alternatives, plus écologiques et économiques, existent également, comme la bio-climatisation.

 

Qu’est-ce qu’un fluide frigorigène ?

Il s’agit d’un fluide sous forme liquide ou gazeuse qui, pur ou mélangé à d’autres substances, est utilisé pour ses propriétés de production de chaleur ou de froid, notamment pour les PAC (Pompe À Chaleur), les climatisations, ou les systèmes de réfrigération telles que les chambres froides.

On en distingue quatre types, classés selon leur composition :

  • Les CFC (ChloroFluorocarburesouhydroCarbureshalogénés) : R11, R12, R502, etc.
  • Les HCFC (HydrochloroFluoroCarbures) : R22, R123, etc.
  • Les HFC (HydroFluoroCarbures) : R134a, R404A, R407C, R410A, etc.
  • Les HFO (HydroFluoro-Oléfines) : R1234ze, R1234yf

 

Les fluides frigorigènes ont un impact considérable sur la planète

Ces fluides sont désastreux dans leur impact environnemental, car ils participent à la destruction de la couche d’ozone et au réchauffement climatique.

En effet, une fuite d’1kg de réfrigérant de synthèse dans l’atmosphère est la cause d’un effet de serre équivalant à celui généré par l’émission de 1 500 à 3 000kg de CO2. Afin d’imager quelque peu ce propos, dites-vous qu’un hypermarché de 4 500 m2, par exemple, consomme en moyenne 70 kg de gaz fluorés R404A par an, c’est-à-dire autant qu’un aller-retour Paris-New-York en avion !

On estime alors que, selon une augmentation de 60% calculée depuis 1990, en 2050, les fluides seront responsables de 20% des GES (Gaz Effet de Serre).

 

Des restrictions à propos de leur utilisation

En 1987, le Protocole de Montréal a déclaré le processus d’interdiction progressive des fluides de type CFC et HCFC. À la suite de cet accord, en 1995, l’Europe a interdit la production de CFC.

En 2015, la nouvelle réglementation de la F-Gas II (règlement européen sur les gaz à effet de serre fluorés) a décrété des contraintes liées à l’utilisation de ces gaz, ayant pour finalité leur limitation, voire leur interdiction. Cependant, ces obligations ne s’appliquent que depuis le 1er janvier 2020, ainsi, les données récoltées quant à une possible amélioration sont encore assez floues. 

Aussi, les systèmes de climatisation actuels ne fonctionnent qu’avec des fluides HFC, qui n’ont pas d’impact sur la couche d’ozone. Cependant, leur impact sur le réchauffement climatique est immense. On estime en effet que les systèmes de climatisation classiques émettent à ce jour 10% des gaz à effet de serre de la planète.

 

Des solutions sans fluides frigorigènes

Soucieux de l’environnement et désireux de limiter son impact dans l’atmosphère, Bio’R propose des solutions sans fluides frigorigènes HFC ni compresseurs. Cela est possible grâce au principe naturel du rafraîchissement adiabatique et d’une technologie innovante, qui font des installations Bio’R des solutions de bio-climatisation écologiques et durables.

Ainsi, soyez sûrs de faire le bon choix en devenant acteur de la transition écologique et énergétique, en adoptant des systèmes de rafraîchissement plus respectueux de la planète.

 

Contactez-nous pour en savoir plus sur les solutions de bio-climatisation Bio'R.