Pourquoi utiliser le "zoning" pour traiter l'air de vos bâtiments ?

Lorsque l'on parle d’organisation, on évoque souvent la segmentation des tâches. Découper pour plus d’efficacité. Cet esprit de « découpage » existe également de façon plus concrète. En urbanisme, par exemple, on parle de « zoning ».

Ce terme est dérivé du « zonage », un outil de réglementation et de contrôle de l’utilisation des sols. Autrement dit, on analyse pour mieux organiser ; en urbanisme, il s’agit de se servir de ces analyses dans le cadre d’une planification de l’espace urbain, mais ce n’est pas le seul secteur à se servir de cette technique de « découpage ».

Brève définition du zoning dans les métiers de l’air

Pour les spécialistes du traitement de l’air, le « zoning » consiste à découper chaque espace pour déterminer les réglages dans le traitement de l’air à effectuer. Il s’agit d’adapter chaque pièce à la bonne température/hygrométrie.

Les bénéfices du « zoning »

Le zoning est particulièrement intéressant puisqu’il s’adapte à la situation particulière de chaque pièce/zone. Cela permet notamment la mise en place de solutions adaptées au cas par cas ; chaque zone bénéficie ainsi d’une attention singulière et sera traitée en conséquence de ses spécificités, comme les questions de surface ou de géographie.

L’autre atout, non négligeable, de cette technique est son aspect économique : comme chaque zone est indépendamment traitée, l’énergie dépensée est ajustée de façon à correspondre parfaitement aux besoins des zones. Le débit d’air, par exemple, est géré en conséquence des particularités de chaque espace pour garantir un confort thermique permanent et adapté. Plus d’énergie et de budget gaspillés inutilement : chaque donnée compte.

Le fonctionnement d’une telle méthode

Concrètement, pour que cela fonctionne, il suffit d’installer une unité centrale à laquelle se rattachent plusieurs gaines desservant les différents lieux traités. Chaque gaine, installée dans les couloirs ou combles, est indépendamment contrôlée -par exemple, via un protocole pré-établi-, mais son énergie prend sa source dans la centrale-mère.

Différents « outils » peuvent être mis en œuvre pour l’utiliser, comme des bouches de diffusion à débit variable, des sondes de température et d’hygrométrie déportées dans chaque pièce, des registres motorisés avec relai 24V, etc., le tout adapté au nombre d’occupants, à l’isolation et à la fonction de la salle.

Le « zoning » s’adapte-t-il à tous les types de bâtiment ?

L’avantage du « zoning » est qu’il mise sur l’adaptabilité des solutions ; ainsi, presque tous les cas de figure architecturaux peuvent en bénéficier. Que le bâtiment soit un logement individuel ou collectif, rien ne change ; dans le cadre d’une rénovation des solutions de climatisation et/ou de chauffage, le zoning est la méthode la plus adaptée. Le secteur tertiaire est le plus à même de bénéficier d’une telle solution puisque nombre de ces lieux sont divisés en multiples pièces, et certains espaces, comme les bureaux, bénéficient de faux plafonds dans lesquels il est aisé d’installer des gaines.

Le zoning est la solution adaptable et pratique pour évaluer chaque cas de figure et agir en conséquence. Cela permet un contrôle efficace de la consommation, et donc des économies d’énergie, généralement comprises entre 17 et 53% à l’année, un meilleur confort thermique et une flexibilité très utile dans le cadre de travaux de rénovation.

Vous avez une problématiques de traitement de l'air ? Discutons-en !