La climatisation, non, l’air renouvelé, oui

Climatisation : dangers écologiques et risques pour la santé

La climatisation doit être utilisée avec parcimonie. En effet, elle peut être très nocive si son usage est trop intense et fréquent. Il faut préférer la ventilation à la climatisation, mais, si cela est impossible, il s’agit de la régler au-dessus de 26°C à tout prix et surtout, ne garder qu’un écart de 4°C sous la température extérieure. Dans le cas contraire, il y a un risque de choc thermique.
De plus, les climatiseurs fonctionnent avec les principaux fluides frigorigènes de catégorie HFC (HydroFluoroCarbure) et HCFC (HydroChloroFluoroCarbure) qui participent grandement au réchauffement climatique global et impactent donc l’effet de serre. Ces fluides sont en passe de devenir totalement interdits et la climatisation doit se renouveler.

Déconvenues économiques

L’on pourrait penser que la climatisation est économique, or, ce n’est pas le cas. Tout d’abord, en cas de fenêtre ouverte ou d’extrême de température demandé, la consommation augmente drastiquement. De plus, un climatiseur individuel a une consommation électrique vingt fois supérieure à celle d’un ventilateur adiabatique.

L’air renouvelé grâce à Bio’R : passez à la bio’climatisation

Ainsi, l’air renouvelé grâce aux principes adiabatiques de Bio’R permet d’éviter tous ces désagréments : la solution est écologique puisque n’utilisant pas de fluides HFC, économique et sécurisée.