GRANDES ET MOYENNES SURFACES (GMS) : COMMENT SE CONFORMER AU DECRET TERTIAIRE ?

Écologie et économie doivent fonctionner de concert afin de permettre une avancée équitable sur tous les plans sociétaux actuels. Le gouvernement, portant ces deux considérations au cœur de ses directives, a alors mis en place un nouveau décret tertiaire.

Comment réduire ses coûts lorsque l’on est un GMS ? On peut décider de couper les effectifs ou de trouver des alternatives dans la gestion même du complexe, mais le plus efficace reste de mobiliser tous les efforts sur la réduction énergétique.

Décret tertiaire : économiser en faisant du bien à la planète

Les énergies coûtent très cher, que ce soit aux GMS ou à la planète. Il est donc primordial, autant pour le porte-monnaie que pour l’avenir environnemental, de réduire sa consommation énergétique.

Dans un article précédent, nous vous évoquions les astuces pour réduire vos coûts énergétiques (lampes LED, portes frigorifiques, etc.) ; aujourd’hui, nous vous invitons à aller plus loin dans votre réduction énergétique, suivant les incitations gouvernementales.

Vous voulez amoindrir votre consommation énergétique de manière drastique ? Employez la méthode de zoning. Cette méthode consiste à délimiter les espaces afin d’agir en fonction des caractéristiques particulières de chaque endroit sélectionné. Grâce à cela, vous pouvez prévoir de chauffer un endroit X tout en refroidissant un endroit Y, et ce, à des horaires précis et déterminés à l’avance.

Tout savoir sur le décret tertiaire

L’objectif majeur de ce décret est de réduire les consommations des bâtiments du tertiaire, dont les GMS font partie, pour favoriser la mission écologique française. Le message est clair : aucun passe-droit, tout le monde doit s’y plier.

Ainsi, vous pouvez faire le choix d’obtenir une baisse en pourcentage de vos consommations selon une année de référence, ou bien d’atteindre un palier de consommation prédéfini en valeurs absolues.

Des investissements économiques sont nécessaires pour atteindre ces paliers, mais en modifiant vos attitudes énergétiques, vous vous assurez un retour sur investissement a posteriori, grâce à des économies durables. De plus, les secteurs publics et privés ont mis en place des aides afin de permettre à chacun d’atteindre efficacement ses objectifs.

Respect du décret tertiaire : de nombreuses aides disponibles 

Bien conscient de l’effort économique qu’il exige, le gouvernement, par le biais de différentes aides publiques, peut financer jusqu'à 80% de l’audit énergétique de votre entreprise.

Certains organismes privés, comme le CIC, banque partenaire de Bio’R, propose un Prêt Transition Énergétique afin de vous accompagner dans vos progrès énergétiques.

D’autres aides sont disponibles, telles que les CEE (Certificats d’Économie d’Énergie), le guichet "Tremplin pour la transition écologique des PME" qui offre des aides forfaitaires, le Crédit d'impôt, le suramortissement permettant une déduction de 40% de l’investissement, et bien d’autres.

Des paliers à respecter

Chaque décennie à partir de 2020 devra être accompagnée d’un progrès énergétique. Voici l’organisation prévue :

  • 2030 : réduction annuelle de 40% de la consommation énergétique par rapport à une année de référence supérieure à 2010.
  • 2040 : réduction annuelle de 50%
  • 2050 : réduction annuelle de 60%

Bien que contraignant sur certains points, ce décret tertiaire est une nouvelle opportunité de progrès énergétique, économique et écologique. De nombreuses méthodes existent pour baisser vos coûts et consommations énergétiques.

Bio’R s’engage à vous accompagner dans cette avancée en vous proposant des dispositifs et méthodes efficaces.