Décret tertiaire : comment réduire les consommations énergétiques de vos bureaux ?

La consommation énergétique -peu importe le domaine d’activité- est un enjeu crucial pour les professionnels. La réduire est le but auquel tendent tous les milieux, et les pouvoirs décisionnaires ont décidé d’ancrer cette réalité avec un pari important.

Selon une étude de Deepki, plus de deux bâtiments de bureau sur trois sont trop énergivores, par rapport aux seuils de consommation énergétique mis en vigueur par ce nouveau décret tertiaire à l’arrêté « valeurs absolues », ayant pour date butoir 2030.

Décret tertiaire : deux possibilités pour deux objectifs

Afin d’être conformes au décret, les propriétaires de bâtiments de bureaux peuvent opter pour une baisse en pourcentage de leur consommation ou l’atteinte de seuils de consommation en valeurs absolues. Personne ne pourra être privilégié sur cette mesure, peu importe ses spécificités liées à la localisation, la surface ou l’année de construction du bâtiment.

Cependant, pas d’affolement : l’étude Deepki assure que 30% des sites sont déjà conformes aux seuils de valeurs absolues, que 30 autres pourcents n’auront à fournir que des efforts minimes pour y parvenir, et que, donc, 40% des sites auront à investir plus massivement afin d’équilibrer leurs dépenses.

Décret tertiaire : des aides disponibles et un planning bien huilé

Pour inciter et accompagner les entreprises françaises à réduire leur facture énergétique, de nombreuses aides publiques ont été mises en place : Certificats d'Économies d'Énergie, Crédit d'impôt pour les TPE et PME, suramortissement permettant une déduction de 40% de l’investissement, guichet "Tremplin pour la transition écologique des PME" offrant des aides forfaitaires, etc.  De plus, certaines banques, comme le CIC (banque partenaire de Bio’R), propose un Prêt Transition Énergétique, accessible à n’importe quelle entreprise.

 

Grâce aux aides gouvernementales, votre audit énergétique peut être est financé à hauteur de 80%.

 

Toutes ces mesures cherchent à accélérer le processus du décret dont la première échéance a été fixée en 2030, suivie par des obligations à remplir chaque décennie jusqu’en 2050. Ainsi, d’ici 2030, chaque entreprise devra avoir réduit sa consommation énergétique annuelle de 40% par rapport à une année de référence supérieure à 2010. Pour 2040, la réduction devra être de 50% et, finalement, de 60% d’ici 2050.

La réduction de la consommation énergétique en ligne de mire du Décret tertiaire

Plusieurs méthodes permettent de limiter sa consommation énergétique, avec une efficacité plus ou moins grande. Des choses toutes simples, comme éteindre les lumières dans les pièces inutilisées et le soir, ne pas laisser les appareils électriques branchés, ou un peu plus techniques ou coûteuses, comme la délimitation d’espaces de chauffage et de climatisation, ce qui permet ensuite, selon le procédé de zoning* (cf. définition en bas de page), de réguler les dépenses énergétiques en fonction des besoins spécifiques de chaque lieu.

Rendez votre bâtiment moins énergivore et conforme au Décret tertiaire

La méthode la plus efficace pour gagner en énergie est de se pencher sur le sujet du chauffage et de la climatisation, qui peuvent être extrêmement énergivores. Il vous faut donc réviser vos outils et les améliorer au besoin ; un système désencrassé et aux pièces neuves (ou presque) est toujours plus opérationnel que s’il est mal entretenu.

Si vous jugez vos systèmes trop obsolètes ou que vous aviez jusque alors omis cette problématique, faites-vous accompagner par un professionnel spécialiste de la question, qui pourra vous conseiller une solution efficiente ayant la possibilité de fonctionner selon le principe du zoning, et donc permettre la réduction de dépenses de façon simple et rapidement efficace.

Les solutions Bio’R, par exemple, répondent aux exigences actuelles en matière d’écologie, ce qui vous permet de répondre à deux problématiques majeures de notre temps. Labélisée Solar Impulse depuis avril 2020, preuve de sa viabilité économique et de sa profitabilité pour l'environnement, Bio'R a développé un système de refroidissement et de chauffage fonctionnant sur le principe de l'adiabatique. Aujourd'hui, ce système permet, en plus de réduire drastiquement la facture CVC (Chauffage, Ventilation, Climatisation) des clients chez qui il est installé, de maitriser la température et l'hygrométrie (humidité dans l'air) de manière optimale.

Ce nouveau décret tertiaire est l’occasion de réviser nos habitudes et nos systèmes énergétiques. Il peut redonner un nouveau souffle aux bâtiments, et nous pouvons en profiter pour le coupler à d’autres données essentielles de notre société, comme le sont l’écologie et l’économie.

 

Un besoin, une information ? Contactez-nous !

 

*Zoning : le « zoning » consiste à découper chaque espace pour déterminer les réglages dans le traitement de l’air à effectuer. Il s’agit d’adapter chaque pièce à la bonne température/hygrométrie.